La rotation des cultures au potager (maj du 28/04/24)

La rotation des cultures (ou assolement) est une technique de gestion du potager qui consiste à changer l’emplacement de chaque culture chaque année afin de prévenir l’épuisement du sol réduire les risques de maladies et contrôler les ravageurs.

Certains légumes ont de gros besoins en éléments nutritifs (courges, choux, épinards, poivrons,  tomates, …) contrairement à d’autres qui se satisfont de peu (carotte, légumineuses, oignons, radis, salades…), ou ceux qui ont des besoins bien spécifiques (légumes feuilles gourmands en azote). Le système racinaire des légumes a également son importance  car, suivant les légumes, les nutriments sont puisés à des profondeurs variables : les racines des légumes feuilles sont superficielles, contrairement à celles des légumes racines.

Un grand nombre de parasites et de maladies sont spécifiques d’un type de plante. En changeant de famille ou d’espèce de plante sur une parcelle, on interrompt le cycle de développement normal des bioagresseurs concernés.

La rotation des cultures se fait en général sur  3 à 4 ans. Un engrais vert en culture décalée peut permettre de diminuer cette fréquence.

1- Préparer le potager pour rationaliser son utilisation

La rotation des cultures nécessite de mettre en œuvre une gestion rigoureuse du potager. Il est important d’enregistrer les différentes cultures effectuées dans un potager pour pouvoir suivre la rotation des cultures et améliorer leur planification.

11- Organiser le jardin en unités de culture

Le jardin doit être découpé en parcelles qui faciliteront l’enregistrement des cultures. Ces parcelles seront délimitées par des planches en bois ou des ficelles (insensibles aux UV !). Le potager doit être au préalable découpé en zones homogènes en fonction de la topographie du site, de la nature du sol et de l’exposition.

Nombre de parcelles
Il en faut au minimum 4 si on pratique une rotation quadriennale basée sur le type de légumes (feuille, fruit, graine, racine). Le nombre maximum n’est limité que par la taille du potager et la capacité de gestion du jardinier. Un nombre important de parcelles peut devenir un vrai casse tête pour la programmation des culture en l’absence d’un outil de gestion approprié.

Image 1 – potager organisé en carrés

Dimensions des parcelles
La largeur des parcelles ne doit pas excéder 1,2m pour faciliter le travail sans marcher à l’intérieur pour éviter de tasser le sol. Leur longueur est fonction de la taille du potager. 3,5 m ou un multiple de cette longueur faciliteront la gestion des arrosages : un rang de légumes de 3,5 m représente environ 1m2, et un arrosage doit apporter en moyenne 10mm d’eau soit un arrosoir de 10l.

On peut également organiser le potager en carrés de 1,2 x 1,2m ou en rectangles de 1,2 x 2,4m.

Si on opte pour l’arrosage automatique en goutte à goutte ou avec du tuyau perlent, une largeur de 0,90m permet de cultiver 2 rangs de légumes avec 2 lignes d’arrosage.

Dimensions des allées
La largeur des allées entre les parcelles doit faciliter la circulation. Elle sera aussi fonction de la surface de potager nécessaire. Les allées reçoivent en général les mauvaises herbes arrachées des parcelles, qui se décomposeront progressivement. Tous les 4-5 ans, le décalage des parcelles de la largeur des allées permettra de mettre celles-ci en culture et de bénéficier de la matière organique qui y a été accumulée. L’allée principale doit être large d’au moins 1 m pour faciliter la circulation avec une brouette et les allées secondaires de 0,3 à 0,4m.

Identification des parcelles
Les parcelles doivent être identifiables facilement par un marquage adapté, par exemple une lettre pour une zone du potager et un chiffre pour la parcelle dans la zone (A1, A2, …)

12- Enregistrer  les cultures

Il est important de noter les cultures qui ont été plantées dans le potager, ainsi que leur emplacement, de manière à faciliter la rotation des cultures. On peut utiliser différents dispositifs d’enregistrement pour garder une trace de toutes les cultures du potager:

rotation des cultures

Image 2- Carnet de bord pré-imprimé

  • un carnet ou un cahier : on utilise une page (ou une feuille pour plusieurs années) par parcelle pour noter toutes les informations utiles (légume, date de semis, date de transplantation, date de récolte, quantité récoltée, toutes observations utiles, … On trouve également dans le commerce des fiches toutes prêtes (image 2).
  • un tableur : Google Sheet par exemple.  Google sheet permet d’accès aux données du jardin avec un smartphone, ce qui peut être pratique quand on est dans le jardin. On insère le code de la parcelle en tête de ligne, ce qui permet d’organiser facilement le tableau par parcelle. De la même manière que pour le carnet de bord papier, on trouve sur internet des tableurs préformatés pour le potager.

    rotation des cultures

    Exemple de la vue parcelle sur Aitable

  • un gestionnaire de base de données. Airtable par exemple est un gestionnaire de bases de données nocode (sans programmation) en ligne, en français  et gratuit. L’avantage d’une base de donnée par rapport à un tableur est la facilité de tri des données et la possibilité de créer des «vues» sur n’importe laquelle des données que l’on a insérées dans la description : par parcelle, par type de légume, par légume, … Airtable permet en plus de créer simplement des formulaires de saisie qui, depuis un smartphone, permettent d’alimenter directement et simplement une base de données.
  • une application spécialisée (voir liste non exhaustive en annexe). Ces application apportent en général des informations sur les besoins des légumes. Elles ne sont forcément très performantes en matière d’archivage.

L’enregistrement des cultures facilitera leur planification tenant compte de la rotation.
Pour chaque parcelle, il faut noter a minima :

  • la parcelle
  • le légume
  • Le nombre de rangs sur la parcelle
  • la date de semis ou de plantation
  • la date de fin de récolte
  • toute autre information utile (quantité produite, fertilisation, maladies, ravageurs, traitements, …)

2- Pratique de la rotation des cultures

21- Planifier les cultures

La première étape consiste à planifier les cultures que l’on souhaitez cultiver dans le potager au cours d’une année donnée. Il est important de tenir compte de la famille botanique à laquelle appartient chaque culture, car certaines familles ont des besoins  spécifiques et des problèmes similaires, notamment sanitaires. Les familles de plantes courantes dans un potager sont :

  • les solanacées (tomates, poivrons, aubergines, pommes de terre)
  • les légumineuses (haricots, pois, lentilles)
  • les crucifères (choux, brocolis, radis, navets)
  • les cucurbitacées (courges, concombres, melons)
  • les apiacées (carottes, céleris, persil).

Pour simplifier la planification et la rotation des cultures,  on peut utiliser le type de légume (feuille, fruit, graine, racine) chacun de ces types ne se retrouvant que dans une même famille et ayant des besoins différents :

  • les légumes « feuilles » :
    • exigeants en azote : épinard, fenouil, choux, plantes aromatiques annuelles…
    • peu gourmands en azote : mâche, chou de Bruxelles…
  • les légumes « racines » :
    • moyennement gourmands en éléments nutritifs : betterave, carotte, panais, pomme de terre, radis…
    • très peu gourmands : ail, échalote, oignon…
  • les légumes « fruits », qui exigent une quantité importante d’apports nutritifs : concombre, courgette, potiron, tomate…
  • les plantes « améliorantes » et les engrais verts, qui se passent d’amendement : fèves, pois, haricots, trèfle, sainfoin, luzerne…

Pour établir la liste des légumes que l’on souhaite cultiver on tiendra bien évidemment compte des goûts de la famille, mais aussi :

  • des besoins des légumes (éléments nutritifs, espacement, exposition, eau, …),
  • de la sensibilité aux maladies
  • des caractéristique du sol,
  • du climat local,
  • de l’exposition des parcelles,
  • de la saisonnalité des légumes,
  • des disponibilités en eau,
  • de la présence éventuelle non maîtrisée de ravageurs,
  • de la disponibilité en temps de travail.

22- Élaborer le plan de rotation des cultures

Cette  étape consiste à élaborer un plan de rotation des cultures pour chaque parcelle. Une même parcelle peut porter différents légumes au cours d’une même année,  soit simultanément (cultures associées), soit successivement. La surface nécessaire pour chaque légume dépend de la récolte espérée et de l’emprise au sol de la culture. La culture en rang permet d’optimiser la gestion de l’espace et la conduite de la culture (arrosage, désherbage, binage, …). Un rang peut porter des cultures différentes (par exemple de la salade entre les pieds de tomate).

Tableau 1 – espacement des légumes au jardin (Source : Semences du portage)

Le plan doit indiquer quelle culture sera cultivée dans chaque parcelle chaque année, en tenant compte de la famille botanique de chaque culture ou du type de légume. Dans l’élaboration de ce plan,  l faut tenir compte :

  • de la durée de croissance : Certaines plantes ont besoin de plus de temps pour se développer que d’autres. Il faut donc tenir compte de la durée de croissance de chaque légume pour éviter les chevauchements et pour planifier les récoltes.
  • des conditions climatiques : Les conditions climatiques peuvent influencer le succès du potager. Il est important de tenir compte de la température, de l’humidité et de l’exposition au soleil des parcelles lors de la planification des cultures.
  • des contraintes liées aux semis : Pour maximiser la production du potager, il faut planifier les semis ou les plantations en fonction des périodes recommandées pour chaque légume. Cela permettra de garantir une croissance optimale et des récoltes abondantes.
  • des espacements nécessaires entre les plantes en fonction de leur emprise au sol (tableau 1)
  • des besoins en eau des légumes : on cultive sur une même parcelle des légumes ayant des besoins en eau similaires (tableau 2)
  • des  associations de légumes favorables ou défavorables. l’association de certaines plantes peut également avoir un effet bénéfique ou négatif sur la croissance et la santé des légumes. En général on ne cultive pas à proximité des légumes de la même famille. Par exemple, les pommes de terre ne doivent pas être cultivées à proximité des tomates ou des poivrons, car ces plantes appartiennent à la même famille botanique et peuvent être sujettes aux mêmes maladies et insectes nuisibles.
  • de la relation aux mauvaises herbes : Certaines plantes sont « salissantes » : elles favorisent le développement des « mauvaises » herbes. C’est le cas de la carotte, de l’oignon et de l’épinard. D’autres sont « nettoyantes » qui empêchent l’invasion. Par exemple, la pomme de terre et la betterave. Alterner ces deux types de cultures est intéressant pour limiter naturellement les adventices.

 

 

 

Rotation des cultures

Tableau 2- Besoins en eau des légumes (source : Perpétuelles paysages comestibles)

Le principe de base de la rotation des cultures

Il est indiqué dans la figure ci-contre. On précède la culture d’une plante exigeante  de celle d’une plante améliorante et on la fait suivre de celle d’une culture de plantes peu gourmandes.

Exemples de rotations des culture couramment pratiquées sur une même parcelle :

Sur 3 ans :

  • 1ʳᵉ année :  légumineuses telles que les pois ou les haricots
  • 2ᵉ année  : légumes-fruits comme les tomates ou les courgettes
  • 3ᵉ année :  des légumes-racines tels que les carottes ou les pommes de terre

 

 

Rotation des cultures sur 4 ans

Sur 4 ans

  • 1ʳᵉ année : légumes feuilles : choux, salades (laitues, chicorées, mâches…), épinard…
  • 2ᵉ année : légumes racines : carotte, betterave, navet, radis, pomme de terre…
  • 3ᵉ année : légumes grains : fèves, haricots, pois
  • 4ᵉ année : légumes fruits : tomate, courgette, aubergine, potiron, concombre, cornichon… ou légumes bulbes : ail, oignon, échalote…

Un moyen mnémonique permet de simplifier la gestion des rotations : Paul Le Coiffeur FEra FRiser Rita soit dans l’ordre les légumes suivant : Pomme de terre, Légumineuses, Crucifères, légumes FEuille, légumes FRuits, légumes Racine.

 

 

Éviter de laisser le sol nu

Dans la programmation des rotations des culture, il est important d’éviter de laisser nu le sol du potager pour plusieurs raisons :

  1. L’érosion et le lessivage des éléments nutritifs : Lorsque le sol est laissé nu, il est plus sujet à l’érosion due aux conditions climatiques (pluie, vent, gel). L’érosion et le ruissellement peuvent entraîner la perte de nutriments et de matière organique du sol, ce qui peut affecter la qualité et la fertilité du sol.
  2. La prolifération des mauvaises herbes : Les mauvaises herbes peuvent facilement coloniser un sol nu, ce qui peut rendre plus fastidieux l’entretien du potager.
  3. La préservation de la biodiversité : La couverture du sol peut favoriser la biodiversité du jardin. Elle peut offrir un habitat pour les insectes bénéfiques, les vers de terre et les micro-organismes qui aident à maintenir la santé et la fertilité du sol.

Pour éviter de laisser le sol nu, on peut utiliser différentes techniques de couverture du sol, telles que la  la culture intercalaire d’engrais verts ou  l’utilisation de paillis.

3- Les limites à la rotation des cultures

 

Plus le potager est petit (moins de 100m2) et plus le nombre de légumes différents est grand, plus c’est difficile d’appliquer les principes de rotation des cultures. Que risque-t-il de se passer si on n’applique pas ces principes ?

Le potager ne va pas s’appauvrir en éléments fertilisants d’une année à l’autre. Le fait d’apporter régulièrement de la matière organique va permettre de maintenir la fertilité du sol et éviter les carences favorables à l’apparition de maladies ou de parasites. La teneur en humus du sol est déterminante pour permettre à tous les légumes de trouver les éléments nutritifs dont ils ont besoin.

Les ravageurs savent se déplacer pour trouver leur légume préféré où qu’il soit dans le potager. C’est notamment le cas des parasites volants (altises, mouche de la carotte ou du poireau, …). Les spores de mildiou sont transportés par le vent et donc peuvent venir de chez le voisin.  La rotation des culture n’est réellement efficace que pour limiter les invasions de nématodes, et encore faut-une rotation sur un nombre suffisant d’année. De plus les nématodes sont assez peu fréquents dans un potager de particulier.

Suivant ses contraintes propres, on peut simplifier la rotation des cultures sans trop se poser de questions :

  • en évitant de cultiver le même légume deux années de suite au même endroit
  • en entretenant la vie et la fertilité du sol par des apports organiques réguliers, notamment en pratiquant le paillis de manière systématique
  • en cultivant des engrais verts dans les espaces libérés par les cultures, voire sur une année complète (jachère)
  • en diversifiant les légumes cultivés pour perturber les ravageurs en augmentant la biodiversité.

Annexe : liste de quelques applications spécialisées de gestion de jardin.

  • Mon Jardin Potager : mon potager est un outil de jardinage, comme peut l’être votre bêche ou votre râteau. Même si l’application n’est pas une garantie d’obtenir de superbes légumes, elle vous aidera à planifier vos cultures et optimiser l’occupation de votre potager. Cette planification est importante pour utiliser au maximum chaque centimètre carré de votre potager.
  • SVPLC (Savez-vous planter les choux) est un logiciel qui vous accompagne dans la création, la gestion et l’entretien de votre jardin. Il comprend un programme de calcul pour gérer les associations et les rotations entre vos légumes afin que votre potager soit le plus rentable possible. Un calendrier lunaire vous indique comment jardiner en fonction de la lune. SVPLC met également à votre disposition un outil pour sauvegarder la configuration de votre jardin
  • Tomate et basilic :  C’est la plateforme n°1 en France pour l’organisation et le suivi des cultures. Cette application est très complète, elle vous permettra notamment de concevoir vos parcelles de culture, étudier les associations au potager, programmer des rappels.
  • Garden orgniser : Garden organizer est une application facile d’utilisation qui vous permet de gérer votre potager et votre jardin ! Application au top pour un suivi simple de ses plantations. L’outil permettant de visualiser la répartition des plantations dans son potager est très pratique.
  • Dr Jonquille et Mister Ail : une application de jardinage complète et gratuite

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *